Zoom sur les jardins suspendus de Babylone

Vers l’an 225 avant Jésus-Christ, un ingénieur grec du nom de Philon établit une liste des 7 merveilles du monde antique. Celle-ci était composée des monuments suivants : la pyramide de Kheops, le temple d’Artémis, la statue de Zeus, le mausolée d’Halicarnasse, le Colosse de Rhodes, le phare d’Alexandrie et enfin les jardins suspendus de Babylone. Dans cet article, nous allons essentiellement nous intéresser au dernier, c’est-à-dire aux jardins suspendus de Babylone. Quel est ce monument ? Où se trouve-t-il ? Qui l’a construit ? Tous les éléments de réponse dans cet article.

Les jardins suspendus de Babylone : qu’est-ce que c’est ?

Les jardins suspendus de Babylone sont un ensemble de jardins créés dans l’antique cité de Babylone, dans l’Irak actuel. Leur beauté leur a valu le fait d’être inscrits sur la liste des merveilles antiques. Selon la légende, ces jardins ont été construits au VIe siècle avant notre ère sous l’ordre de Nabuchodonosor II, roi de Babylone à cette époque, en l’honneur de son épouse Amytis. Le roi aurait aménagé ces jardins afin qu’ils rappellent à son épouse les végétations de montagne de son pays d’origine. Une autre légende associe ces merveilleux jardins à la reine Sémiramis. Mais il faut noter que l’existence de cette reine n’a jamais été prouvée.

Par ailleurs, aucun historien n’a vu ces jardins suspendus. Les récits qu’ils racontent dans leurs œuvres proviennent d’histoires racontées par des soldats. Selon ces derniers, ces jardins étaient composés de plusieurs étages en terrasse soutenus par des voûtes et des piliers en brique. Les terrasses étaient reliées entre elles par un immense escalier en marbre. L’eau qui y coulait via des vis hydrauliques provenait de l’Euphrate. Outre leur aspect suspendu, ces jardins se démarquaient aussi par leur nature. On y trouvait une grande variété de plantes et de fleurs.

Les documents parlant des jardins suspendus de Babylone

Même si leur existence n’a jamais été prouvée, les jardins suspendus de Babylone apparaissent dans les textes de plusieurs auteurs grecs et même d’un romain. Cependant, la véracité de ces récits est mise en cause, car, comme nous l’avons déjà souligné un peu plus tôt, il ne s’agit pas de sources directes. Cependant, sur ces documents écrits par différents auteurs, deux d’entre eux peuvent susciter l’intérêt. C’est le cas du récit de Flavius Josèphe, un historiographe romain du Ier siècle. Dans l’un de ses ouvrages, celui-ci fit une courte description des jardins suspendus de Babylone. Selon les historiens, cette description était elle-même basée sur celle d’un prêtre chaldéen babylonien ayant vécu au IVe siècle avant notre ère.

Les doutes sur l’existence de ces jardins

De nos jours, de gros doutes subsistent encore en ce qui concerne l’existence ou non de ces célèbres jardins. La principale raison qui alimente ces doutes est le fait que les recherches archéologiques n’ont rien apporté, alors que d’autres édifices historiques de Babylone ont été trouvés. De plus, ces fouilles ont été effectuées sur une grande partie de la cité antique de Babylone. Donc, il reste peu d’endroits où ces jardins pourraient être. Par ailleurs, il existe aussi un autre argument : le célèbre historien grec Hérodote qui a vécu pendant le Ve siècle avant Jésus Christ, a séjourné à Babylone pendant un temps. Et il a écrit un récit relatant sa visite de la ville. Curieusement, celui-ci ne parle à aucun moment des jardins alors qu’ils auraient dû faire partie des premiers monuments à être cité.

Cependant, il faut aussi prendre en compte qu’il reste encore des zones qui n’ont pas été fouillées et qui pourraient abriter les vestiges de ces célèbres jardins. Donc, toutes les hypothèses peuvent encore être avancées.

About the author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :